Examen pratique

Examen pratique

L'examen pratique du permis de conduire

 

Après la réussite du code, le candidat peut se présenter à l'épreuve pratique.

Le jour de l'épreuve, il faut se munir d'une pièce d'identité en cours de validité ou périmée depuis moins de 2 ans. Une convocation vous sera envoyée par mail précisant la date, l'heure et le lieu de l'épreuve.

Lors du passage de l'examen du permis de conduire, l'inspecteur note l'élève sur une grille d'évaluation. Le barème est sur 29 points. Il faut 20 points minimum pour réussir l'examen. Il existe un point bonus pour la conduite économique et un point pour la courtoisie.

Cette épreuve dure en tout 32 minutes et comprend : 

1. La vérification de la recevabilité des documents d'examen : document que l'auto école remet à l'inspecteur

2. L'accueil du candidat et la vérification de son identité : c'est le moment où l'on rentre dans la voiture et l'on donne sa carte d'identité à l'inspecteur

3. La présentation de l'épreuve par l'inspecteur et la réalisation d'un test de la vue : l'inspecteur explique le déroulement de l'épreuve et demande si l'on a des questions sur l'examen. L'examen de la vue consiste bien souvent à lire une plaque d'immatriculation d'une autre voiture ou le panneau d'une rue (en cas de doute)

4. L'installation au poste de conduite : régler le siège, le dossier, l'appuie-tête, le volant, les rétroviseurs, et vérifier que tout le monde à bien mis sa ceinture de sécurité (bien sûr ne pas oublier de mettre la vôtre).

5. La conduite :

  • 25 minutes minimum de conduite effective
  • Tester les aptitudes et le comportement en agglomération et hors agglomération
  • Les vérifications du véhicule avec une question sur un élément intérieur et une sur un élément extérieur
  • 1 manoeuvre dont une partie en marche arrière
  • 5 minutes en autonomie pour valider sa capacité à bien s'orienter
  • Une erreur ou un comportement dangereux mettant en cause la sécurité immédiate sera directement sanctionnés par un échec


6. L'établissement du certificat d'examen du permis de conduire qui sera à aller récupérer sur http://www.securite-routiere.gouv.fr/permis-de-conduire/resultats-du-permis-de-conduire ou envoyé par la Poste à votre domicile.

Cepc Feuille examen

 Quand vous aurez le certificat d'examen, vous saurez si vous avez échoué ou réussi l'examen :



- Si vous avez réussi l'examen, vous pouvez conduire 4 mois avec le certificat. La préfecture vous expédira votre permis définitif dans un délais d'un mois environ. 

- Si vous avez échoué, il faudra attendre minimum 2 jours pour repasser l'examen. Il faut aussi savoir qu'àprés 5 épreuves pratiques sans réussite, vous devez repasser l'épreuve du code de la route.



Info : Il faut savoir qu'avec la nouvelle formule du permis, l'inspecteur note vos compétences et non plus vos erreurs. Si vous ratez une manoeuvre, ce n'est plus éliminatoire (sauf si risque de collision). Mais vous perdrez des points.

 

Le candidat doit effectuer 1 manoeuvre dont une partie en marche arrière.


1. Marche arrière en ligne droite

2. Marche arrière en courbe

3. Rangement en créneau

4. Rangement en épi en avant

5. Rangement en épi en arrière

6. Rangement en bataille en marche avant

7. Rangement en bataille en marche arrière

8. Demi-tour

9. Freinage pour s'arrêter avec précision

 

Explication de l'évaluation : 

- Pour les manoeuvres de 1 à 8 : l'inspecteur évalue l'observation périphérique (si le candidat vérifie bien l'environnement autour de lui avant de faire une action) ; la maîtrise des commandes à allure lente dans un espace réduit ; sait libérer l'espace nécessaire au trafic et aux autres usagers.

- Pour la manoeuvres 9 : l'inspecteur évalue si le candidat sait ralentir progressivement et immobiliser son véhicule avec précision en toute sécurité.

 

PERMIS DE CONDUIRE : CES FAUTES ÉLIMINATOIRES À AVOIR EN TÊTE

 

Les fautes éliminatoires… au démarrage

  • Pensez à analyser votre environnement avant de démarrer ! Faire l’impasse sur cette prise de connaissance est une faute, car elle vous met directement en danger, vous et les autres usagers ;
  • L’accumulation des calages peut finir par devenir une faute éliminatoire. Uniquement si vous calez de façon répétée et que cela perturbe la circulation. Caler une fois ou deux le jour de l’examen ne doit pas pour autant vous faire paniquer ;
  • N’hésitez pas à vous entraîner au démarrage en côte pour le maîtriser parfaitement. Un trop fort recul sous les yeux de l’examinateur pourrait être considéré comme éliminatoire : c’est dangereux pour vous, vos passagers et les autres usagers.
     

Les fautes éliminatoires… au moment d’arrêter le véhicule

  • Evitez les accidents en jouant finement avec la pédale de frein ! Si vous ne le marquez pas suffisamment, ou s’il dure trop longtemps, votre freinage peut vous coûter gros puisqu’alors vous prenez le risque de percuter le véhicule devant vous ;
  • Quand vous vous arrêtez, pensez à le faire sans gêner qui que ce soit, ni sur votre voie, ni sur la voie opposée.
     

Les fautes éliminatoires… liées aux manoeuvres

  • Faites attention aux trottoirs ! Si vous foncez dedans violemment, ou même si la voiture vient à les escalader, l’examinateur peut vous pénaliser. De telles situations mettent en danger le conducteur, ses passagers, et peuvent abîmer le véhicule ;
  • Collision = élimination. Généralement, ce type de choc représente un danger et entraîne un risque d’ajournement de votre examen.
     

Les fautes éliminatoires… aux intersections

  • Ne vous arrêtez que si cela est nécessaire, autrement ce peut être dangereux ;  
  • Ne vous engagez que si la voie est libre. Si vous contraignez un autre usager à manoeuvrer ou s’arrêter, alors l’examinateur peut vous en tenir rigueur ;
  • Gare au refus de priorité à droite !
  • A un STOP, on s’arrête. On ne glisse pas, on s’arrête. Complètement.
  • Méfiez-vous des intersections : plus elles vous semblent dangereuses, plus vous devez anticiper pour éviter tout danger.
     

Les fautes éliminatoires… aux croisements

  • On ne refuse pas la priorité aux autres usagers, c’est bien connu ;
  • Montrez que vous contrôlez votre véhicule en optant pour des trajectoires optimales et justifiées ;
  • Ne créez pas d’accident ! Collision, mise en danger d’autrui : tout cela, aux yeux de l’examinateur, montrerait que vous n’avez pas suffisamment anticipé.
     

Les fautes éliminatoires… quand vous dépassez

  • Ne gardez qu’une chose en tête : les distances de sécurité ! Avant, pendant, après ;
  • Et évidemment, chacun son tour : vous ne dépassez personne si quelqu’un vous dépasse en même temps ;
  • Et soyez attentif au comportement du conducteur qui vous précède : s’il annonce son intention de tourner ou de dépasser, alors laissez-le faire.
     

Les fautes éliminatoires… dues aux changements de direction

  • Pas de manoeuvre sur une voie de circulation en sens inverse ;
  • Respectez les cédez-le-passage ;
  • N’oubliez pas de tout contrôler avant de changer de voie !
     

Les fautes éliminatoires… en virages

  • Virage + choc avec le trottoir = retour à la case départ ;
  • Vous franchissez une ligne continue en plein virage ? Ca ne présage rien de bon ;
  • Contrôlez votre vitesse pour les prendre avec prudence ;
  • Pas de sortie de virage : vous maîtrisez votre véhicule !
     

Les fautes éliminatoires… en lignes droites

  • Les lignes continues sont infranchissables ;
  • Contrôlez la voiture, et ne laissez pas votre trajectoire dévier ;
  • Pas d’impact avec le trottoir quand on roule tout droit (ou même quand on ne roule pas tout droit, d’ailleurs)

 

 

Date de dernière mise à jour : 07/04/2020